La connexion se propose, elle ne peut se forcer.

J’ai coutume de dire à mes cavaliers : « l’équitation que je défends et vous transmets est une équitation dans laquelle on propose au cheval, on ne lui impose pas. C’est une invitation à faire, non une contrainte ».

Je suis intimement convaincue qu’il en est de même pour la connexion au cheval (et de manière plus large à tout être vivant). Mais comment définir la connexion ?
Un court texte comme le mien se suffira pas pour établir une définition de la connexion tant la notion même est complexe. En quelques mots, certains parlerons de lien authentique, de ressentis profonds, d’un regard profond, d’un message tactile ou plus subtil, de l’ordre de l’invisible. Pour moi, la connexion n’est pas palpable : il s’agit de la rencontre de 2 êtres qui se reconnaissent et qui se comprennent quel que soit le langage employé dans respect mutuel.

Néanmoins la rencontre de ces 2 êtres peut mettre du temps à se construire. Il s’agit alors de « créer du lien ». Le renard demande au Petit Prince (Saint Exupéry ) de l’apprivoiser, qui signifie alors pour lui « créer des liens »: « Mais, si tu m’apprivoises, nous aurons besoin l’un de l’autre. Tu seras pour moi unique au monde. Je serai pour toi unique au monde… » Est-ce que se connecter veut dire « être amis » ? ou créer une interdépendance ? ou être simplement « sur la même longueur d’onde » ? Une seule chose dont je suis certaine est que la VRAIE rencontre peut prendre du temps et se construire petit à petit, comme peut être furtive, très rapide et instantanée.

Je pense sincèrement qu’il n’y a pas de règles. Avec un cheval, une part de nous-même souvent de manière empirique va chercher à créer LE lien, celui qui va faire que nous nous comprendrons et nous ne ferons qu’un. Mais elle ne peut jamais se forcer : dans ce cas, la rencontre ne peut jamais se faire, la relation étant faussée par un lien de subordination.

Langage non verbal, intuition, ressenti, observation vont nous permettre de savoir si oui ou non nous sommes connectés avec notre cheval. C’est propre à chacun. Souvent recherchée au sol (à ne pas confondre avec la pratique éthologique qui propose une éducation et/ou cadre évolutif dans lequel « moi et mon cheval » évoluerons ensemble), elle est souvent négligée et non reconnue à cheval.

Or, de par ma propre expérience de cavalière et par mes expériences d’encadrement, j’ai noté à quel point la connexion à cheval était importante et facilitait l’apprentissage ou la réalisation d’un mouvement. Monter à cheval de manière mécanique, sans lien, existe et reste un choix possible… Mais est-ce là le but même de pratiquer l’équitation ?

Dès lors que vous demandez à votre cheval un partage de cœurs et que ce dernier vous ouvre la porte de son cœur, alors être à cheval dans le mouvement en harmonie et avancer dans la même direction se redéfinissent vers une nouvelle expérience émotionnellement intense.

Dates de nos ateliers

Réservation & inscription

En cochant cette case,